Qui sommes-nous ?

  • Qu'est-ce que l'ADBDP ?

    Pourquoi ? L’Association des Directeurs de Bibliothèques Départementales de Prêt (ADBDP), fondée en novembre 1987, est née de la nécessité de créer un lieu de concertation pour les Directeurs des Bibliothèques Départementales de Prêt, alors que celles-ci avaient été placées depuis le 1er janvier 1986, sous l’autorité des Conseils Généraux des Départements.Qui ?L’ADBDP regroupe de nombreux directeurs et directeurs adjoints. Les activités proposées ont permis à ses membres, au moment où chacun se trouve devant des perspectives d’action très diverses, de réfléchir à l’organisation d’un service public de lecture et de documentation dans un réseau départemental. Read More
  • Qu'est-ce que l'ADBDP ?

    Quoi ? L’ADBDP a développé son action autour de quelques grandes orientations :

    - La réflexion : dans le cadre des journées d’étude annuelles consacrées à un thème. C’est l’occasion, pour les participants de faire le point sur de grandes orientations, d’évoquer des expériences locales, et de se retrouver !
    - L’information : avec un site Web collaboratif et une liste de diffusion.
    - L’affirmation de l’ADBDP comme interlocuteur pour les problèmes communs aux BDP auprès des institutions et des élus locaux.
    - L’ouverture aux expériences étrangères similaires et les échanges avec les autres types de réseaux de bibliothèques.
    - La participation aux débats nationaux sur les problèmes d’actualité.
    - La reconnaissance de la spécificité des BDP et défense de la qualification professionnelle de ses personnels. Read More

  • Qu'est-ce que l'ADBDP ?

    Comment ? Les 18 membres du Conseil d’Administration sont tous impliqués dans la marche de l’Association. Les ressources proviennent des membres de l’Association, des services offerts et des produits diffusés. La Direction du Livre et de la Lecture soutient financièrement depuis ses débuts l’ADBDP, qui est devenue pour un certain nombre de domaines son interlocuteur. Read More
  • 1
  • 2
  • 3

Communiqués de l'ADBDP

  • 27/04/2016

    Communiqué de l'ADBDP sur l'annonce par le Département des Yvelines de la fermeture des locaux de la Bibliothèque départementale

    L’Association des Directeurs de Bibliothèques Départementales de Prêt (ADBDP) exprime ici sa position suite à l'annonce faite par le Département des Yvelines de la fermeture des locaux de la Bibliothèque départementale et de la dispersion de ses collections.
    Read More
  • 25/02/2015

    Communiqué de l'ADBDP sur la réforme territoriale

    L’Association des Directeurs de Bibliothèques Départementales de Prêt (ADBDP) exprime ici sa position concernant les évolutions en cours sur l’organisation territoriale et des collectivités locales.
    Read More
  • 26/01/2015

    Courrier de l’ADBDP à Madame la ministre de la Culture et de la Communication sur le livre numérique

    Pour faire suite à la publication récente des "Recommandations pour la diffusion du livre numérique par les bibliothèques publiques", l’ADBDP a souhaité faire part à Madame la ministre de la Culture et de la Communication de son souhait de voir engagée une démarche d’évaluation des dispositifs existants et de réflexion sur les pistes d’évolution souhaitables.
    Read More
  • 08/01/2015

    Je suis Charlie : communiqué de l'ADBDP

    Nous sommes toutes et tous choqués par l’attentat commis dans les locaux de «Charlie Hebdo». Il s’agit bien, au-delà de la tragédie humaine que constitue la mort de plus d’une dizaine de personnes, d’une attaque d’une violence inouïe contre la liberté de la presse, la liberté d’expression, la liberté tout court.
    Read More
  • 27/08/2014

    L’ADBDP signataire de la "Déclaration de Lyon" (18 août 2014).

    L’ADBDP se joint aux 125 structures signataires de la Déclaration de Lyon, élaborée à l’occasion du congrès international IFLA 2014. Ce texte vise à inciter les Nations Unies à inscrire l’accès à l’information dans les objectifs de leur prochain programme de développement. A retrouver sur le site : www.lyondeclaration.org
    Read More
  • 07/04/2014

    Conservateurs territoriaux, conservateurs d’Etat : repenser la formation

    Le Conseil d’administration du CNFPT s’apprête à adopter une résolution préparant la dénonciation de la convention qui le lie à l’ENSSIB pour la formation des conservateurs territoriaux de bibliothèques. Cette décision vise avant tout à rebâtir le cadre des formations et à en adapter davantage le contenu aux problématiques territoriales.L’ADBDP salue la démarche du CNFPT visant à remodeler la formation des conservateurs territoriaux. En effet, les collectivités territoriales dynamiques demandent des cadres experts qui soient bien au fait de leur fonctionnement et de leur organisation.Dans un contexte de profonde évolution du monde des bibliothèques et de leur environnement, le cursus de formation des responsables des équipements de lecture publique constitue un enjeu majeur.L’ADBDP appelle de ses vœux que les deux institutions ENSSIB et CNFPT puissent en commun en repenser les contenus et profiter de l’expertise de chacun. Un copilotage de la formation entre l’ENSSIB et le CNFPT bénéficierait ainsi à l’ensemble de la profession dans le cadre d’une formation globale. L’ensemble des professionnels, qu’ils soient issus de la fonction publique de l’Etat comme de la territoriale, pourraient tirer avantage d’une telle organisation et d’un renforcement du niveau de la formation sur les questions de management et de pilotage stratégique.
    Read More
  • 30/03/2010

    Publication d’une charte des bonnes pratiques sur les transferts de données

    Huit associations de bibliothécaires et de documentalistes, dont l’ADBDP, et 20 fournisseurs de logiciels publient une charte sur les transferts de données lors des réinformatisations"L’ABF (Association des Bibliothécaires de France), l’ADBDP (Association des Directeurs de Bibliothèque Départementale de Prêt), l’ADBGV (Association des Directeurs des Bibliothèques des Grandes Villes), l’ADBS (Association des professionnels de l’information et de la documentation), l’ADBU (Association des Directeurs de Bibliothèques Universitaires), l’ADDNB (Association pour le Développement des Documents Numériques en Bibliothèque), la FULBI (Fédération des Utilisateurs de Logiciels pour Bibliothèques, documentation, Information) et INTERDOC (Association des documentalistes de collectivités territoriales) publient une « Charte des bonnes pratiques pour les transferts de données lors des changements de SIGB et logiciels de gestion des centres de documentation ».Cette charte a été validée par 20 fournisseurs de logiciels : AFI (logiciel Pergame), Agate (logiciels Agate), Aidel (logiciel Superdoc), Biblibre (logiciel Koha), Bibliomondo (logiciels Portfolio et Concerto), BNT Technologies (logiciel Biblio-Tech), Borgeaud informatique (logiciels Biblix et Winbiblix), C3RB (logiciels Orphée), CRDP Poitou-Charentes (logiciels BCDI), Crescendo systèmes (logiciel Cassiopée), Decalog (logiciels Paprika, Libermédia, Carthame, Atalante, Absothèque), GB Concept (logiciel Alexandrie), Infor (logiciels Vubis, VubiSmart, Advance), Logiq-systèmes (logiciel Co-Libris), Microbib (logiciels Microbib), Opsys (logiciels Opsys et Aloès), Segilog (logiciel Milord), SirsiDynix (logiciels Symphony et Horizon), Strior (logiciels Expert-Bibli et Constellation), Tamil (logiciel Koha).Elle concerne une période délicate pour les établissements documentaires et leurs fournisseurs de logiciels : le fournisseur du logiciel sortant doit fournir les données bibliographiques de l’établissement, ou donner les moyens de le faire. Le fournisseur qui lui succède doit intégrer ces données pour faire fonctionner le catalogue et le système de prêt.La Charte prévoit que le fournisseur courant mette à la disposition de la bibliothèque ou du centre de documentation les données nécessaires, sur simple demande ou selon un tarif fourni, ou lui donne les moyens de le faire. S’il y a paiement, chaque fournisseur s’engage à faire connaître son barême dès l’appel d’offres initial d’informatisation. La Charte précise aussi les formats standardisés, tout en laissant une large marge de concertation aux fournisseurs, et des délais. Elle comporte aussi des conseils aux établissements documentaires.Cette charte a été préparée par une réunion de concertation entre associations et fournisseurs, qui s’est tenue le 16 décembre 2008, puis par des phases d’amendement et de validation. Elle fait suite à une discussion qui a animé la liste électronique biblio-fr pendant l’été 2008.Les associations ont mis en place un site web pour la faire connaître, à l’adresse www3.fulbi.fr, et s’engagent à faire évoluer cette charte en fonction des besoins.Deux groupes de travail, associant bibliothécaires, documentalistes et fournisseurs de logiciels, et au besoin d’autres intervenants, sont prévus pour standardiser des données qui actuellement ne le sont pas, et doivent être transférées lors des réinformatisations : un groupe sur les données concernant les périodiques, qui sera animé par Jean-Paul Gaschignard, et un groupe sur les données concernant les lecteurs, qui sera animé par Dominique Lahary."
    Read More
  • 11/12/2007

    Décentralisation et rôle de l’Etat dans le développement de la lecture publique.

    L’ADBDP est profondément attachée à la décentralisation qui a permis le transfert des bibliothèques centrales de prêt aux départements. Les bibliothèques départementales, devenues des outils de la politique culturelle et d’aménagement du territoire des conseils généraux, disposent de moyens accrus et ont vu leurs missions confirmées et étendues. C’est une décentralisation réussie.Cette réussite même rend en grande partie caduc le périmètre d’action hérité des bibliothèques centrales de prêt et l’accent mis prioritairement sur le prêt de documents. A une époque où les politiques départementales prennent en compte la diversité des territoires et où la lecture publique prend souvent une dimension intercommunale, nos établissements accroissent leurs missions d’expertise, de conseil et d’aide au développement, sans référence nécessaire à un plafond démographique d’intervention.La réussite de cette décentralisation permet d’apprécier à sa juste mesure le rôle de l’Etat dans le développement de la lecture publique. Attachés à favoriser l’émergence de projets d’équipements, nous constatons chaque jour la complémentarité de l’action d’un Conseil général et de l’Etat dans ce domaine. Même s’il ne prend pas en compte la question du fonctionnement, lequel empêche souvent la définition de programmes à la hauteur des besoins, nous considérons que l’existence du concours particulier de la DGD en faveur des bibliothèques demeure un outil irremplaçable par l’aide financière qu’il représente, mais aussi par les critères d’éligibilité qui favorisent la qualité des projets.Nous constatons aussi que la présence sur le terrain des conseillers Livre et lecture des Drac, qui agissent fréquemment de concert avec les directeurs de bibliothèques départementales, est également indispensable. Leur action d’expertise et de conseil complète la nôtre tout en bénéficiant de la portée et du poids spécifique de la contribution de l’Etat en matière de lecture publique.Les collectivités territoriales doivent disposer des moyens de mettre en oeuvre leur politique de lecture publique. L’aménagement du territoire dans ce domaine ne peut être que le résultat de l’action concertée de l’Etat, des régions, des départements, des établissements pubics de coopération intercommunale et des communes.
    Read More
  • 01/12/2006

    Communiqué sur la réforme du concours particulier.

    L’ADBDP prend acte de la parution du décret n°2006-1247 du 11 octobre 2006 réformant le concours particulier pour les bibliothèques.Elle se réjouit qu’un dispositif spécifique permettant à l’Etat de subventionner les bibliothèques soit maintenu. Il demeure utile tant il faut compléter le maillage du territoire en bibliothèques et médiathèques, le rénover ou remplacer des bâtiments insuffisants, poursuivre ou renouveler l’équipement informatique et multimédia des établissements.Elle comprend qu’il soit mis fin au dispositif de compensation financière partielle par l’Etat des dépenses d’investissement destinées aux communes et engagées par les Conseils généraux, bien que cela représente une perte financière pour ces derniers.Elle espère que le redéploiement de l’ensemble du dispositif vers des crédits d’investissement permettra de garantir des taux suffisants de subvention et que la création de la seconde fraction sera de nature à faire face à des opérations de grande envergure, y compris celles entreprises par des conseils généraux.Elle attire l’attention sur les disparités régionales qui pénalisent certaines parties du territoire national. Elle souhaite leur résorption dans le cadre d’une transparence des critères d’éligibilité des dossiers dans chaque région.Elle note que la disparition de la part relative au fonctionnement des bibliothèques municipales et intercommunales risque dans certaines collectivités de se traduire par des réductions des crédits attribués à leur bibliothèque. Elle souligne que la question du coût de fonctionnement des bibliothèques demeure une question difficile qui freine ou limite souvent les décisions en matière d’équipement.Elle rappelle que les directrices et directeurs des bibliothèques départementales sont à la disposition des directions régionales des Affaires culturelles pour échanger des informations, analyser les dossiers, conseiller les collectivités.Elle se réjouit que de nombreux conseils généraux aient mis en place leur propre dispositif de subvention qui permet, à côté de celui de l’État, d’aider les communes et établissements publics de coopération intercommunale de se doter d’équipements à la hauteur des besoins de la population en matière de lecture publique.
    Read More
  • 05/09/2005

    Conseil supérieur des bibliothèques

    Les associations signataires ont pris connaissance avec stupeur de la prise de position des représentants des administrations centrales des ministères de l’Éducation nationale et de l’enseignement supérieur d’une part, de la Culture et de la communication d’autre part, exprimée en public devant le congrès de l’ABF [en juin 2005] en annonçant implicitement un arrêt définitif du fonctionnement du Conseil supérieur des bibliothèques. Elles sont d’autant plus surprises et indignées de cette prise de position qu’elle s’est accompagnée d’une confusion entre le rôle d’un organisme d’évaluation et de conseil relevant de la puissance publique et celui joué et toute indépendance par les associations professionnelles. Institué par le décret n°89-778 du 23 octobre 1989, modifié par le décret n°93-720 du 29 mars 1993, le CSB « est chargé d’émettre des avis et des recommandations sur la situation et les questions qui concernent les bibliothèques et les réseaux documentaires. Il favorise la coordination des politiques documentaires relevant de plusieurs ministres ». Sous les présidences successives d’André Miquel, Michel Melot et Jean-Claude Groshens, il a su faire la preuve de son utilité, notamment par ses analyses dans des domaines aussi variés que le droit de prêt, la littérature grise, la lecture dans les hôpitaux, et par ses recommandations portant sur des sujets d’actualité, comme la place de la Bibliothèque nationale de France dans le réseau documentaire ou la formation des personnels. Le CSB est indispensable à tous les acteurs de la société concernés par les bibliothèques : élus politiques et universitaires, enseignants, professionnels du livre et des bibliothèques, responsables administratifs, pour de multiples raisons : dans un paysage administratif très fragmenté, il est l’organe le plus à même de réaliser des synthèses sur des questions que chacun se pose, il élargit le débat sur les bibliothèques à des interlocuteurs extérieurs à la profession, il a une approche comparative de l’activité des bibliothèques françaises avec celle de nos voisins étrangers, depuis sa création, il publie un rapport annuel (accessible intégralement sur Internet), permettant de mettre en perspective sur le long terme les questions qui préoccupent la profession, il est susceptible d’éclairer les pouvoirs publics sur les grands enjeux de l’accès à la connaissance et à la culture dans le contexte de la société de l’information, pour des publics divers tels que les chercheurs, les personnes handicapées, les personnes éloignées de la lecture, etc. enfin, il s’agit d’un organisme consultatif de coordination comme il en existe dans tous les pays développés dans ce domaine. Les associations soussignées demandent qu’il soit procédé à la nomination de membres du Conseil supérieur et d’une équipe permanente. Elles réaffirment leur attachement à la recherche d’une politique nationale cohérente dans le domaine des bibliothèques, reposant sur des éléments d’évaluation et d’expertise. Elles continueront pour leur part à jouer leur rôle d’association professionnelle en toute indépendance. Le 5 septembre 2005 ABF - Association des bibliothécaires français ACB - Association des conservateurs de bibliothèque ADBDP - Association des directeurs de bibliothèques départementalises de prêt ADBGV - Association des directeurs des bibliothèques municipales et intercommunales de grandes villes ADBS - Association des professionnels de l’informaiton et de la documentation ADBU - Association des directeurs et personnels de direction des bibliothèques universitaires ADDNB - Association pour la diffusion des documents numériques en bibliothèques FFCB - Fédération française pour la coopération des bibliothèques, des métiers du livre et de la documentation Voir aussi le courrier aux ministres de décembre 2002 (site de l’ADBGV)
    Read More
  • 17/09/2004

    Communiqué sur la prise d’otage de Simona Torretta et Raad Ali Abdulaziz à Bagdad

    L’association des directeurs de bibliothèques départemetnales de prêt (ADBDP) de France s’élève contre les prises d’otages perpétrées en Irak, et notamment celle de l’italienne Simona Torretta et l’irakien Raad Ali Abdulaziz qui, en concertation avec l’UNESCO, travaillaient à la remise en route des activités de la Bibliothèque nationale d’Irak. Elle appelle tous les belligérants et groupes armés à respecter les organisations et personnes qui oeuvrent pour le bien être des populations et la sauvegarde de leur patrimoine culturel. Elle salue le travail entrepris par Simona Torretta et Raad Ali Abdulaziz pour le relèvement et le développement de la Bibliothèque nationale d’Irak. Elle adresse un témoignage de sympathie à leurs familes, à leurs proches et à leur ONG Un ponte per. Pour l’Association des directeurs de bibliothèques départementales de prêt, Didier Guilbaud, Président Le 17 septembre 2004
    Read More
  • 21/12/2002

    A propos de la situation du Conseil supérieur des bibliothèques

    ACBAssociation des Conservateurs de BibliothèquesADBDPAssociation des Directeurs de Bibliothèques Départementales de PrêtADBGVAssociation des Directeurs des Bibliothèques municipales et intercommunales des Grandes Villes de FranceADDNBAssociation pour le Développement des Documents Numériques en BibliothèquesLettre ouverte àMonsieur Luc FERRYMinistre de la Jeunesse, de l’Education nationale et de la Recherche110 rue de Grenelle75007 ParisetMonsieur Jean-Jacques AILLAGONMinistre de la Culture et de la Communication3, rue de Valois75001 ParisMessieurs les Ministres,Le Conseil supérieur des bibliothèques (CSB) a été institué par le décret n°89-778 du 23 octobre 1989, modifié par le décret n°93-720 du 29 mars 1993. Il "est chargé d’émettre des avis et des recommandations sur la situation et les questions qui concernent les bibliothèques et les réseaux documentaires. Il favorise la coordination des politiques documentaires relevant de plusieurs ministres". Sous les présidences successives d’André MIQUEL, Michel MELOT et Jean-Claude GROSHENS, il a su faire la preuve de son utilité, notamment par ses analyses dans des domaines aussi variés que le droit de prêt, la littérature grise, la lecture dans les hôpitaux, et par ses recommandations portant sur des sujets d’actualité, comme la place de la Bibliothèque nationale de France dans le réseau documentaire ou la formation des personnels.Le CSB est indispensable à tous les acteurs de la société concernés par les bibliothèques : élus politiques et universitaires, enseignants, professionnels du livre et des bibliothèques, responsables administratifs, pour de multiples raisons : dans un paysage administratif très fragmenté, il est l’organe le plus à même de réaliser des synthèses sur des questions que chacun se pose, il élargit le débat sur les bibliothèques à des interlocuteurs extérieurs à la profession, il a une approche comparative de l’activité des bibliothèques françaises avec celle de nos voisins étrangers, depuis sa création, il publie un rapport annuel (accessible intégralement sur Internet), permettant de mettre en perspective sur le long terme les questions qui préoccupent la profession, enfin, il s’agit d’un organisme consultatif de coordination comme il en existe dans tous les pays développés dans ce domaine.Avec le départ de son président à la fin de l’année 2000, et en l’absence de nomination d’un successeur, le CSB a cessé toute activité. Son secrétaire général, Dominique AROT, a néanmoins poursuivi avec constance et expertise les travaux engagés. Sa mutation prochaine fera perdre au CSB ce qui restait de sa substance.Par conséquent, nous demandons que le CSB soit remis au plus vite en état de remplir sa mission, par : la nomination de son président, des deux vice-présidents et des dix-huit membres prévus par le décret, la constitution d’une équipe professionnelle, autour d’un secrétaire général, l’attribution des moyens nécessaires à son fonctionnement.Nous vous prions d’agréer, Messieurs les Ministres, l’expression de notre respectueuse considération.Les présidents des associations professionnelles des bibliothèques,Philippe KERMEL (ACB)Didier GUILBAUD (ADBDP)Alain CARACO (ADBGV)François MICHAUD (ADDNB)Contact :Alain Caraco, président de l’ADBGVBM de Chambéry - Carré Curial - BP 208 - 73002 Chambéry Cedex - Tél +33 (0)4 79 60 04 20 - Fax +33 (0)4 79 60 04 Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. http://www.adbgv.asso.fr
    Read More
  • 17/07/2002

    Communiqué sur la conférence de presse du ministre de la Culture du 4 juillet 2002

    A la suite de la Conférence de presse du ministre de la Culture du 4 juillet dernier, l’Association des directeurs de bibliothèques départementales de prêt, ayant pris connaissance des déclarations de Jean-Jacques Aillagon, - note avec satisfaction les propositions faites dans le domaine de l’aménagement du territoire et plus particulièrement le soutien de l’État à la création d’équipements structurants en milieu rural : médiathèques, équipements mixtes archives-bibliothèques, etc., - enregistre la volonté de l’État de clarifier les rôles respectifs de l’État et des différentes collectivités territoriales et s’interroge sur les missions des départements dans une nouvelle organisation de la lecture publique adaptée aux besoins du monde rural, - se félicite de la volonté affirmée par le ministre de la Culture d’adopter le projet de loi relatif à la rémunération du prêt en bibliothèque et souhaite que ce projet de loi pour lequel un équilibre avait pu être trouvé entre les différents partenaires soit adopté en l’état, - rappelle la nécessité d’une transposition de la directive européenne sur la propriété littéraire et artistique qui tienne réellement compte du rôle des bibliothèques et autres services publics dans l’accès des citoyens aux connaissances et aux informations. Pour l’Association des directeurs de bibliothèques départementales de prêt, Didier Guilbaud, Président Le 17 juillet 2002.
    Read More
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13

Comment adhérer à l’ADBDP ?

  • Qui peut adhérer ?

    Peuvent adhérer comme membres de l’Association les personnels nommés par leur tutelle à la direction ou à la direction adjointe des Bibliothèques Départementales de Prêt, et des bibliothèques des territoires d’outre-mer remplissant des missions similaires (article 3 des statuts de l’association). Les journées d’études sont ouvertes à tous, adhérents ou non, directeurs ou non. Read More
  • Comment adhérer ?

    La cotisation annuelle s’élève à 20 €. Pour adhérer, il suffit d’en faire la demande par écrit, accompagnée du chèque de cotisation à l'ordre de l'ADBDP. Contact : Laurent Ronsin-Ménerat, trésorier (Morbihan).

    Téléchargez le bulletin d'adhésion suivant : Read More

  • 1
  • 2

Les participations de l’ADBDP

  • /

    L’ADBDP est membre de :

    - l’IFLA (International fédération of library associations and institutions) : IFLA
    - EBLIDA (European bureau of library and documentation associations) : EBLIDA
    - l’IABD (Interassociation archives bibliothèques documentation) : IABD

    L’ADBDP est représentée :
    - au CFI (Comité français IFLA) : IFLA
    - à l’IABD (Interassociation archives bibliothèques documentation) : IABD
    - au CFU (Comité français Unimarc) : CFU Read More

  • 1

Statuts de l’association

  • Statuts de l'ADBDP

    L’ADBDP, réunie en Assemblée Générale extraordinaire le 25 septembre 2012 a modifié ses statuts. Ces derniers actent notamment la possibilité d’adhésion à l’association par les directeur(trice)s-adjoint(e)s Read More
  • Article 1 > constitution, dénomination et siège social

    Il est créé une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et dénommée : "Association des Directeurs de Bibliothèques Départementales de Prêt" (ADBDP) dont le siège est situé à la Bibliothèque Départementale de l’Aisne, 11 avenue Robert Schuman, 02200 Soissons - et gestion : Bibliothèque Départementale des Landes, 240 avenue Davis Panay, BP167, 40003 Mont de Marsans Cedex. Ce siège pourra être transféré par simple décision du Conseil d’Administration. Read More
  • Article 2 > objet

    L’association a pour but de :
    - Favoriser l’échange d’informations entre les Bibliothèques Départementales de Prêt.
    - Réfléchir aux missions des Bibliothèques Départementales de Prêt.
    - Faire des propositions pour le développement de la lecture publique.
    - Défendre à tous les niveaux le recrutement de professionnels qualifiés.
    - Etre un interlocuteur pour tout partenaire institutionnel, associatif, public ou privé.
    - Promouvoir le rôle joué par les bibliothèques dans l’accès de tous à l’information, à la culture et aux loisirs selon les principes défendus par la charte de l’UNESCO sur les bibliothèques publiques et par l’IFLA

    Read More
  • Article 3 > membres

    Peuvent adhérer comme membres de l’Association les personnels nommés par leur tutelle à la direction ou à la direction-adjointe des Bibliothèques Départementales de Prêt, et des bibliothèques des territoires d’outre-mer remplissant des missions similaires. Pour être validée, la demande d’adhésion d’un(e) directeur(trice)-adjoint(e) devra être accompagnée de tout document administratif actant l’effectivité de sa fonction. Pour adhérer, les membres doivent s’acquitter d’une cotisation annuelle dont le montant est fixé en Assemblée Générale Ordinaire. La qualité de membre se perd : par cessation des fonctions définies au présent article, non paiement de la cotisation, par démission adressée par écrit au président de l’association, par exclusion prononcée par le conseil d’administration pour infraction aux présents statuts ou motif grave portant préjudice moral ou matériel à l’association, par décès. Read More
  • Article 4 > Assemblée Générale Ordinaire

    L’Assemblée Générale Ordinaire (A.G.O.) se réunit au moins une fois l’an sur convocation du Président de l’Association, envoyée au moins un mois à l’avance. Si le quorum (la moitié des membres plus un) n’est pas atteint à l’heure fixée, une nouvelle A.G.O. est convoquée un mois plus tard et délibère alors valablement, quel que soit le nombre de membres présents ou représentés. Le procès-verbal de l’A.G.O. est porté à connaissance de l’ensemble des membres dans le trimestre qui suit sa tenue. Seuls peuvent délibérer les membres à jour de leur cotisation à l’ouverture de l’A.G.O. Tout membre peut se faire représenter par un autre membre. Aucun membre ne peut être porteur de plus de deux mandats. L’A.G.O. approuve le rapport moral, présenté par le Président, et le rapport financier, présenté par le Trésorier. Elle statue sur les projets de l’Association et élit son Conseil d’Administration (C.A.). Elle approuve le règlement intérieur éventuellement proposé par le C.A. Les délibérations en A.G.O. sont prises à main levée à l’exception de l’élection des membres du C.A. qui se déroule à bulletins secrets. Toutefois, à la demande du quart au moins des membres actifs présents ou représentés, les votes doivent avoir lieu au scrutin secret. Les décisions de l’assemblée sont prises à la majorité simple des membres présents ou représentés. Read More
  • Article 5 > Conseil d’Administration et bureau

    Le Conseil d’Administration de l’ADBDP est composé de 12 à 18 membres élus pour trois ans et renouvelables par tiers. En cas de partage des voix, celle du Président est prépondérante. Les membres du Conseil d’Administration sont rééligibles. Lorsqu’un membre quitte le CA avant la fin de son mandat, il est remplacé par un nouveau membre élu à l’AG qui suit son départ pour la durée du mandat restant à courir. Les mandats portant sur une durée inférieure à trois ans sont attribués dans l’ordre décroissant de durée aux candidats élus ayant obtenu le moins de voix. Le Conseil d’Administration se réunit au moins deux fois par an, sur convocation du Président ou sur la demande de la moitié de ses membres. Le Conseil d’Administration élit en son sein dans le mois qui suit un bureau pour un an.

    Le bureau est composé de :
    - Un Président
    - Eventuellement un ou plusieurs Vice-Présidents
    - Un Trésorie
    - Eventuellement un Trésorier adjoint
    - Un Secrétaire
    - Eventuellement un Secrétaire adjoint

    Le bureau du conseil d’administration est spécialement investi des attributions suivantes :
    - Le président dirige les travaux du conseil d’administration et assure le fonctionnement de l’association qu’il représente en justice et dans tous les actes de la vie civile. En cas d’empêchement, il peut déléguer, sur avis du conseil d’administration, ses pouvoirs en priorité à un des vice-présidents ou si besoin à tout autre membre du conseil d’administration
    - Le secrétaire est chargé de tout ce qui concerne la correspondance, notamment l’envoi des diverses convocations. Il rédige les procès-verbaux des séances tant du conseil d’administration que des assemblées générales. Il peut déléguer une partie de ces tâches au secrétaire adjoint
    - Le trésorier tient les comptes de l’association. Il est aidé par tous comptables reconnus nécessaires. Il effectue tous paiements et perçoit toutes recettes sous la surveillance du président. Il tient une comptabilité régulière, au jour le jour, de toutes les opérations tant en recettes qu’en dépenses et rend compte à l’assemblée générale annuelle qui statue sur la gestion. Il tient à jour le fichier des adhérents et le communique à la demande du conseil d’administration. Il peut déléguer une partie de ces tâches au trésorier adjoint

    Les membres du Conseil d’Administration ne peuvent recevoir aucune rétribution en raison des fonctions qui leur sont confiées. Toutefois, ils peuvent être indemnisés pour leurs frais réels sur présentation au trésorier des justificatifs de dépense et sur approbation de la mission par le bureau.
    Read More
  • Article 6 > ressources

    L’Association a pour ressources :
    - Les cotisations de ses membres (fixées en A.G.)
    - Les dons et subventions.
    - Toutes ressources autorisées par la loi. Les ressources de l’Association sont gérées par le C.A. Aucun membre de l’Association ne pourra être tenu pour personnellement responsable de la gestion du patrimoine associatif.

    Read More
  • Article 7 > modification, dissolution

    Toute modification des statuts n’est possible que par la tenue d’une Assemblée Générale Extraordinaire (A.G.E.), à l’exception du passage de l’article relatif à la localisation du siège de l’association. Cette A.G.E. est convoquée par le Président à son initiative ou à la demande du tiers au moins des membres actifs. La convocation doit être adressée au moins un mois à l’avance. En cas de quorum insuffisant (moitié des membres plus un), une nouvelle A.G.E. est convoquée 1 mois plus tard et se tient alors valablement, quel que soit le nombre de participants. Les décisions de modifications des statuts de l’association sont prises à la majorité absolue des membres présents ou représentés. Si la majorité absolue n’est pas atteinte au premier tour, un second tour est organisé entre les deux propositions arrivées en tête. La dissolution de l’Association ne peut être décidée que par une A.G.E. convoquée spécialement à cet effet et par majorité des 2/3 des membres présents ou représentés. Les délibérations en A.G.E. sont prises à main levée sauf si le quart au moins des membres votants exige le vote à scrutin secret. En cas de dissolution de l’Association, l’Assemblée Générale Extraordinaire effectue la dévolution des biens de l’Association à tout organisme poursuivant des buts similaires à ceux de l’Association. Read More
  • Article 8 > règlement intérieur

    Un règlement intérieur peut être établi par le conseil d’administration qui le fait alors approuver par les membres lors de l’assemblée générale ordinaire. Ce règlement fixe les dispositions non prévues par les présents statuts, notamment celles qui ont trait au fonctionnement pratique des activités de l’association. Dernière modification votée en Assemblée Générale Extraordinaire à Cergy-Pontoise le 25 septembre 2012.

    Read More
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9

Conseil d’Administration

  • Présidente

    Mélanie Villenet-Hamel, Hérault, responsable du groupe de travail Ressources numériques, réélue en 2013 (a)

    (a) mandats renouvelables en 2016 (b) mandats renouvelables en 2017 (c) mandats renouvelables en 2018

    Read More
  • Vice-présidents

    > Laëtitia Bontan, Aisne, réélue en 2014 (b)

    > Géraldine Bodet, Calvados, réélue en 2015 (c)

    (a) mandats renouvelables en 2016 (b) mandats renouvelables en 2017 (c) mandats renouvelables en 2018

    Read More
  • Secrétaire

    > Frédéric Guéguen, Sarthe, webmestre, réélu en 2015 (c)

    Secrétaire-adjointe

    > Corinne Sonnier, Landes, réélue en 2014 (b)

    (a) mandats renouvelables en 2016 (b) mandats renouvelables en 2017 (c) mandats renouvelables en 2018

    Read More
  • Trésorier

    > Laurent-Ronsin Ménerat, Morbihan, élu en 2013 (a)

    Trésorier-adjoint

    > Alain Duperrier, Gironde, réélu en 2014 (b)
    Read More
  • Membres du conseil d’administration

    Xavier Coutau, Eure-et-Loir, élu en 2015 (c)
    Jacques Delon, Haute-Garonne, élu en 2015 (c)
    Céline Ducroux, Val d'Oise, élue en 2015 (c)
    Michèle Fitamant, Finistère, élue en 2013 (a)
    Nelly Godonou-Dossou, Ardèche, élue en 2014 (b)
    Gaetano Manfredonia, Corrèze, élu en 2014 (b), responsable du groupe évaluation
    Dominique Mazaleyrat, Oise, élue en 2014 (b)
    Colette Modion, Loire, réélue en 2015 (c)
    Mehdi Mokrane, Savoie-Biblio, élu en 2013 (a)
    Amandine Rochas, Essone, élue en 2015 (c)
    Matthieu Rochelle, Bouches-du-Rhône, élu en 2013 (a)

    (a) mandats renouvelables en 2016 (b) mandats renouvelables en 2017 (c) mandats renouvelables en 2018

    Read More
  • Renouvellement 2015


    Un renouvellement partiel du Conseil d’Administration de l’ADBDP a eu lieu le 30 septembre 2015 à l’occasion de l’Assemblée Générale qui s’est déroulée lors des journées d’étude de Brest (Finistère).

    Xavier Coutau (Eure-et-Loir), Jacques Delon (Haute-Garonne), Céline Ducroux (Val d'Oise) et Amandine Rochas (Essonne) rejoignent le Conseil d'administration de l'association. Frédéric Guéguen, (Sarthe), Colette Modion (Loire) et Géraldine Bodet (Calvados), dont les mandats arrivaient à terme cette année sont réélus.

    Le prochain renouvellement partiel du CA aura lieu lors de l’AG de 2016.
    Read More
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Renseignements pratiques

Renseignements ADBDP

A qui s’adresser à l’ADBDP ?

Site web et liste de diffusion
Frédéric Guéguen, Sarthe
Voir informations éditeur

Adhésion et questions financières
Laurent Ronsin-Menerat, Morbihan

Relations internationales, IFLA
X

Autres questions
Mélanie Villenet-Hamel, Présidente, Hérault

Siège social
Bibliothèque Départementale de l’Aisne 11 avenue Robert Schuman
02200 SOISSONS
Mél. Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Autres renseignements utiles

Déclaration en Préfecture
Numéro : 0715002878
Date : 4 novembre 1987
Lieu : Préfecture de Saône-et-Loire

Information éditeur sur le site web
Voir Site web de l’ADBDP

Numéro de SIRET
380 603 654 000 50

Code APE
913 E

Relevé d’identité postal
(CCP Dijon)

Établissement Guichet Numéro de compte Clé
20041 01004 0192865Z025 40